Flux RSS

Beaucoup de vin

Publié le

En rafale, une poignée de suggestions hétéroclites qui vont dans un peu tous les sens, disponibles en SAQ, en import privé, nature, pas nature, bio, Vieux-Monde, Nouveau-Monde, abordable, ou pas, mais tous ont un point commun : ils sont bons et  trouveraient une occasion pour se retrouver sur ma table.

Capture d’écran 2014-04-06 à 15.11.57

 

Domaine Vigneau-Chevreau, Vouvray brut, 27,40 $en importation privée en caisses de 6 chez Importations Syl-Vins

Cépage : chenin

Commençons avec une petite bulle pour célébrer l’arrivée du printemps (bon, vous trouverez bien une vraie occasion, ça n’est pas si difficile!). Il se produit à Vouvray certains des meilleur effervescents, en terme de rapport qualité-prix. J’ai récemment découvert celui-ci, en provenance d’un petit domaine travaillant en biodynamie. Belle tension minérale, du fruit, pêche blanche et melon miel, des notes d’herbe fraichement coupée, et un joli équilibre entre le petit côté mielleux et une finale saline. Beaucoup de matière. Bel apéro, mais je mangerais avec ça. Sushis ou homard.

Château Yvonne, Saumur 2012, Code SAQ : 10689665, 26,25 $

Cépage : chenin

Très petit domaine de la Loire, mais les vins eux, sont grands. Vigne cultivée en bio, vinifications les plus naturelles possibles. Le nez fait du charme avec ses notes florales, de miel et pâte d’amandes, de poire et de coing. La bouche affiche aussi du fruit bien mur, pêche, ananas, noix de coco, laissant percevoir un brin le long élevage en barriques. La matière est voluptueuse, mais délicate, à la fois tendue, minérale et dotée d’une belle dose d’acidité en finale. L’équilibre est parfait, et voilà ce qui fait pour moi un grand vin. La matière ne pourrait qu’être riche, et tomber dans la lourdeur comme certains chenin. Mais contrebalancée par une acidité presque mordante et une grande fraicheur, toute cette belle matière s’exprime avec allégresse et on ne peut qu’en redemander. Sur la cuisine thai.

Étude, pinot gris, Carneros 2011, 46 $, caisse de 12 en importation privée chez Treasury Wine Estates (514-289-2057)

Cépage : pinot gris

La maison est reconnue pour ses élégants pinot noir, mais ce pinot gris détonne également dans le paysage californien. Nez rappelant les fleurs tropicales, orchidée, frangipane ou fleur d’oranger. La poire aussi. La bouche affiche un bel équilibre entre opulence et fraicheur. C’est gras, ça goûte le beurre, le citron meyer et l’ananas, mais il y a aussi une touche de salinité et d’herbes fraiches comme le basilic citronné qui apporte une vivifiante fraicheur à la finale. Un peu cher, mais très bon. Treasury Wines Estates est une grande société australienne possédant des domaines partout dans le monde et ses propres structures d’importation et représentation dans les pays où elle exporte. Pour réserver des vins chez eux je vous suggère de téléphoner, car le site Web est international et ne présente pas l’offre disponible pour les clients particuliers au Québec.

jo landron

Domaine Landron, Haute Tradition, Muscadet 2010, 34$ importation privée en caisse de 6 chez Rézin 

Cépage : melon de Bourgogne

Vous n’avez probablement jamais dépensé autant pour du Muscadet, erronément considéré comme plusieurs comme un simple petit jus acide sans matière tout juste bon pour accompagner les huitres quand le champagne n’est pas au rendez-vous. Grossière erreur. Celui de Jo Landron, issu d’agriculture biodynamique, est colossal. Le nez est un brin rustique, herbacé, avec des notes de paille et de citron. La bouche est volumineuse, avec une touche de pâte d’amandes, de coing, mais aussi de l’acidité et de la vivacité. L’alcool est quant à lui très bas, contribuant à en faire un vin très digeste. Bel équilibre, et quelle longueur ! C’est encore réservé, et conçu pour la garde.

lam

Lammershoek Farms & Winery, Pinotage Lam, Swartland 2012, 21,05$, importation privée en caisse de 12 chez Rézin 

Cépage : pinotage

J’avais pratiquement lancé la serviette sur ce type de vins. J’ai rarement trouvé plaisir à boire ce cépage que l’on trouve essentiellement en Afrique du Sud, issu d’un croisement entre le pinot noir et le cinsault. Je le trouve souvent inexpressif, évasif. Celui-ci, je l’ai dégusté à l’aveugle. Et je croyais bien avoir débusqué un pinot noir fichuement bien fait du Nouveau-Monde. Nez de petits fruits rouges murs mais un brin acidulés, de sous bois. Bouche tendue, fraiche, encore sur le fruit, avec des notes d’épices et de résine. Très agréable et buvable ! Quand ont a dénudé la bouteille pour que j’y découvre un pinotage, à ce prix, j’ai été soufflé. Arrivée imminente, contacter l’importateur. Si vous n’en avez pas la chance, détectez-le sur les cartes de restos qui font la part belle au vin, et régalez vous !

— 

potel

Nicolas Potel, Santenay vieilles vignes 2011, Code SAQ :  00725564, 28,50$

Cépage : pinot noir

Cette structure de négoce de taille modeste de Nuits-Saint-Georges achète des petits lots de raisins surtout issus de vieilles vignes. Des vins qui selon mes expériences passées se caractérisent surtout par leur précision et leur classicisme plus que par leur personnalité exubérante. Ce Santenay (sud de la Côte de Beaune) en est un exemple éloquent. Nez subtil de mure poivrée, de forêt de conifères après la pluie. En bouche, du fruit et… du fruit ! Ça goûte les raisins de table bleus, le cassis. Et les épices douces. C’est savoureux, tendre, tout en fraicheur et les tannins sont presque imperceptibles tant ils sont délicats. Un très joli Bourgogne pour ceux qui cherchent l’équilibre confortable et l’élégance avant le dépaysement.

jaboulet pompée

Paul Jaboulet ainé, Saint-Joseph «Le Grand Pompée» 2010, Code SAQ :  00185637, 29,50$

Cépage : syrah

D’abord discret au nez, il s’affirme après un moment d’aération en carafe. Il dégage l’odeur qui se répand dans la maison lorsque l’on fait mijoter une confiture de cassis. Floral aussi, et plutôt poivré. La bouche aussi est d’un abord austère, mais on finit par se délecter de notes de prune séchée, de tapenade, d’épices et de fines herbes que l’on remarque surtout dans la longue finale. Les tanins sont soyeux, il y a de la fraicheur et de la minéralité ici.

stags

Stags’ Leap, Napa Valley 2010, Code SAQ :  00962837, 49,50$

Cépage : cabernet sauvignon

Si vous me suivez depuis un certain temps, vous aurez compris que le cabernet sauvignon n’est pas le cépage qui me fait le plus vibrer. Il peut être grandiose certes, mais je trouve qu’il y en a trop, surtout trop de cabernets lourds et sans âme, souvent à fort prix. Surtout dans le Nouveau-Monde ! En voilà un qui m’a donné du plaisir, d’une très grande maison de Napa.«Je ramasse le raisin plus tôt que mes voisins, pour qu’il ne soit pas inutilement mur et lourd», explique Christophe Paubert, l’œnologue de chez Stag’s Leap. Voilà qui n’est probablement pas étranger à ce que j’ai perçu dans ce vin, complexe et riche certes, mais surtout frais et plus digeste que la moyenne. Notes de poivron grillé, d’épices indiennes et de cassis. La bouche est gorgée de fruit noir et d’épices douces, mais surtout dotée d’une matière fraîche et vivifiante. Les tanins sont bien présents, mais soyeux pour un cabernet de Napa. On perçoit une fine minéralité. Le tout sans excès de bois même si le jus a passé 20 mois en barriques au tiers neuves. Très bon ! Il en reste peu sur les tablettes du monopole, mais c’est un vin qui revient épisodiquement.

etude

Etude, Carneros 2011, 60,25$, en importation privée en caisses de 12 chez Treasury Wine Estates (514-289-2057)

Cépage : pinot noir

Réputé pour son pinot noir élaboré à la manière du vieux monde plus que du nouveau, John Priest produit à Carneros du pinot d’une rare élégance. Nez classique, sous-bois, résine de conifère, fruits noirs et balsamique. La bouche va dans le même sens, avec un beau fruit acidulé, des épices, de la minéralité. Les tanins sont fins, la bouche volumineuse et longue. Aucune lourdeur, l’équilibre parfait. À essayer, la cuvée Deer Camp, issue d’une parcelle unique, possiblement le plus puissant pinot noir que j’aie gouté, mais sans pourtant faire dans le gros jus de fruit mur et sucré. Tanins fermes, très épicé, bonne acidité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :