Flux RSS

Bonheur triple à 18,85$

italie

Je suis rarement aussi strictement un fil conducteur dans une chronique. Et le pire, c’est que c’est un pur hasard.

Voilà, je vous propose donc trois vins, italiens, issus de cépages autochtones (l’Italie possède la plus grande diversité de cépages autochtones de la planète vin) peu connus, qui se la jouent plus sur la fraicheur que le muscle et, surtout, qui sont abordables. Les trois coûtent 18,85$.

On aime les vins d’Italie, mais on a souvent tendance à acheter un peu le même type de vin italien. Musclé, puissant, riche.

Ceux que je vous propose sont tous originaux, pleins de caractère, vibrants, à des années lumières d’un énième supertoscan à base de cabernet (pas que je déteste mais il y en a tant qui sont sans émotion… Mais si vous voulez m’offrir un Sassicaia, je serai toujours preneur!) sans grande personnalité et tout ce qu’il y a de plus anonyme.

Cantina Filippi, Castelcerino, Soave Colli Scaligeri 2011, Code SAQ :  12129119, 18,85$

Cépage : garganega

J’ai goûté tellement de soave anonymes et sans punch. Mais ceux de la cantina Filippi sont tout sauf génériques. Soave colli scaglieri, c’est une extension de l’appellation soave tout court, située sur des coteaux près de Vérone, en Vénétie. Au nez, ça sent le miel, les fleurs, la pêche blanche, la crème pâtissière et le cari. Presque étourdissant. Mais la bouche s’en va heureusement dans un tout autre registre tant elle est tendue et précise. C’est épicé, salin, ça goûte la truffe blanche et c’est minéral à souhait. C’est un jus doté d’une très belle matière pour ce prix. J’ai osé lui imposer un mariage peu orthodoxe. Dépourvu de vin blanc de Savoie dans ma cave, ce soave a accompagné un berthoud, plat traditionnel de fromage d’Abondance fondu et de charcuteries. Et c’était sublime. La tension, l’acidité et le sel du vin tranchaient avec le gras et le piquant du fromage. Avec des poissons et fruits de mer pas trop apprêtés, il sera sûrement très bon. Maintenant, en raison d’un bogue sur le site de notre monopole adoré, vous lirez que ce vin est d’un futur arrivage Cellier. Ce qui n’est pas le cas. Il est déjà en magasin. En revanche, je ne peux dire dans combien de succursales il se trouve.

Ariana Occhipinti, Tami, Terre Siciliane 2012, Code SAQ: 11635423, 18,85$

Cépage : frappato

Je vous ai parlé quelques fois de cette jeune vigneronne de génie Ariana Occhipinti. Dans sa Sicile, elle produit des vins natures d’une rare élégance. Elle a mis au goût du jour (chez nous du moins) cet original cépage autochtone du coin, le frappato. La gamme Tami est le résultat d’une petite activité de négoce que gère la jeune femme en parallèle des vins qui portent son nom. Ce frappato est simplissime, mais en même temps tellement plaisant. Pas un vin sur lequel méditer ou disserter, mais un vin à boire, point. Même si on n’a pas soif. Ça sent la prune, les griottes, les épices douces, la cendre froide. En bouche, on est plus sur les petits fruits rouges, les épices. C’est frais, doté d’une belle acidité, et presque sans tanin. Idéal pour des plats simples. Antipasti, pâtes aux anchois. Dans le cas de celui-ci, le site Web de la SAQ est encore plus égaré, puisqu’on n’en trouve aucune mention. Mais il est bien là, dans plusieurs succursales !

Librandi, Duca San Felice, Ciro 2009, Code SAQ :  11494157, 18,85$

Cépage : gaglioppo

Cette maison est beaucoup plus importante que les précédentes, mais produit néanmoins des vins qui ont leur propre histoire. Qui donc connaît le gaglioppo, ce cépage indigène de Calabre ? En résulte ici un vin peu coloré, d’un rouge clair translucide. Il annonce toutefois au nez un peu plus de matière que le précédent. Des notes de fruits noirs acidulés et de sous-bois humide dominent. La bouche est plus austère que le précédent, mais pas plus lourde. Les tanins y sont à peine plus présents. Le fruit noir, cassis et figue séchée, et même la rhubarbe cuite, s’y font discrets. Les épices et fines herbes, thym et menthe, explosent, surtout après plusieurs heures d’aération. Pour accompagner les grillades. Il en reste peu en SAQ, mais c’est un vin qui revient couramment sur les tablettes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :