Flux RSS

C’est toujours l’heure de l’apéro

IMG_8327

Apéro ou dessert, un Macvin, ça fait sensation.

Je ne suis pas fou des billets thématiques. Du type «C’est Noël, voici des suggestions pour le temps des fêtes», ou des «top 10 de l’année» ou encore «quoi boire avec le jambon de Pâques». Je vous suggère assez de bons vins toute l’année que j’ose espérer que je vous ai aidé à monter le menu des vins qui accompagneront les plats que vous servirez à vos invités dans les jours à venir sans avoir à vous faire un billet précisément sur la chose. Après tout, il n’y a pas de vin meilleur pour Noël, la Saint-Valentin ou la Pentecôte. Il n’y a que des vins qui nous plaisent. Et ceux-là, on a toujours envie de les boire.

Néanmoins, il y a un truc auquel on consacre plus d’heures dans le temps des fêtes, c’est l’apéro! Car c’est toujours l’heure de l’apéro, encore plus en bonne compagnie.

Voici trois petites suggestions pour surprendre vos invités, les mettre à l’aise et leur délier la langue, avant de passer à table!

Domaine André Et Mireille Tissot, Crémant du Jura Brut, Code SAQ :  11456492, 22,95$

Cépages : chardonnay (55%), pinot noir (45%)

Sous son nom ou celui du domaine de ses parents André et Mireille, Stéphane Tissot produit une quantité phénoménale de petites cuvées parcellaires. En biodynamie et généralement irréprochables. Son crémant ne fait pas exception. Il s’agit de sa cuvée d’entrée de gamme et si elle ne se démarque pas par sa complexité, elle offre une belle entrée en matière pour ceux qui souhaitent découvrir les bulles jurassiennes. Au nez, des notes florales et de noix, et ce petit côté rancio, légèrement oxydatif, que l’on trouve souvent dans le Jura, et qu’on adore ou déteste (j’adore !). La bouche est croquante, vive, avec des notes de pomme verte, de champignons, du sel, et une agréable minéralité. Bel achat pour le prix.

Désolé pour l'étiquette déchirée... ;)

Désolé pour l’étiquette déchirée… 😉

Jacques Lassaigne, Les Vignes de Montgueux Blanc de Blancs, Champagne, Code SAQ :  12061311, 53,25$

Cépage : chardonnay

Sur les flans de la colline de Montgueux, une minuscule zone portant l’appellation Champagne près de Troyes, goutte d’eau dans l’océan de production champenoise, le chardonnay se plait bien. Des sols crayeux très pauvres qui transmettent au vin un caractère minéral craquant. On a surtout à faire ici à des champagnes de petits vignerons, à une production confidentielle. On est loin des grandes marques que tous connaissent et qui produisent des millions de bouteilles, et c’est tant mieux. Et dans le cas des Vignes de Montgueux de Lassaigne, on se situe dans la fourchette de prix des champagnes les plus abordables sur notre marché. Emmanuel Lassaigne conduit le domaine familial avec rigueur, sans utilisation de produits chimiques à la vigne, et pratique des vinifications à peu près naturelles.

Manu Lassaigne dans sa cave.

Manu Lassaigne dans sa cave.

IMG_1553

Le sol de Montgueux, c’est littéralement de la craie, comme on peut le voir de la cave de Manu Lassaigne.

Tension minérale à tout casser, une matière fraîche et acidulée rappelant le citron, fraicheur, c’est d’une grande pureté. Peu ou pas dosé, très sec et vif donc, il est dénué de ces parfums stéréotypés de croissant au beurre et de biscuit. Pour l’apéro, avec les poissons fumés, et autres bouchées apéritives.

Capture d’écran 2013-12-06 à 12.45.27

Domaine de Montbourgeau, Macvin du Jura, Code SAQ :  11785624, 35,50$

Cépages : chardonnay, poulsard

Quittons les bulles, mais revenons au Jura, cette petite région méconnue coincée entre Bourgogne et Suisse. Voilà la curiosité qui impressionnera vos invités, car le Macvin, presque personne ne connaît ça. Typiquement jurassien, cette mistelle est un assemblage de jus de chardonnay et poulsard (ou ploussard, c’est selon le village, un cépage rouge délicat typiquement jurassien) et de marc de Franche-Comté, dans une proportion deux tiers et un tiers environ. Le marc est une eau de vie issue de la distillation du mout de raisin, comme la grappa en Italie. Le mout distillé et le jus doivent provenir de la même propriété. Le marc titre environ 52 degrés d’alcool. Quand on l’ajoute au jus, cela l’empêche de partir en fermentation alcoolique. En résulte un liquide qui, après élevage de plusieurs mois en barriques, fera dans les environs de 16 à 20 degrés d’alcool.

Le Macvin de Montbourgeau, un domaine situé à l’Étoile, sent bon les raisins secs, les oranges confites et les herbes que l’on retrouvent dans certains alcools comme le génépi ou la chartreuse ; on sent bien l’eau de vie.

En bouche toutefois, c’est d’une délicatesse à des années lumières des alcools aussi forts! C’est très épicé, il y a du caramel, encore du raisin sec, de l’amande grillée et de la pistache. Finale très longue qui dévoile des saveurs de pêche qui persistent pendant plusieurs minutes. C’est élégant, frais, et à la fois solide.

C’est doux, un brin sucré car issu de jus non-fermenté, donc qui n’a pas transformé son sucre en alcool. Mais un sucré qui n’est pas exubérant, pas envahissant. C’est parfaitement équilibré.

Un bel apéro, mais ça peut aussi revenir au dessert. Il se mariera bien selon moi avec les saveurs de caramel brûlé, de noix, d’abricots.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :