Flux RSS

Des vins sens dessus dessous

photo 2

Il y avait longtemps que je ne vous avais pas balancé, tout simplement, mes impressions sur des vins récemment dégustés. Alors sans plus de détour, voici quelques suggestions.

Bulles 

Catherine et Pierre Breton, Épaulé Jeté, Vouvray méthode tradititionnelle, Code SAQ :  12100279, 24,95$

Cépage : chenin

Mon mousseux coup de cœur des derniers mois en SAQ. Il faut dire que les vins de la gamme Épaulé Jeté de Catherine et Pierre Breton en sont à leurs premières armes dans le monopole. Ce sont des produits en général trouvables en importation privée, mais un Vouvray tranquille se joindra bientôt à ces bulles. Bref, les Breton sont parmi les pionniers du vin nature en Loire. Ce Vouvray effervescent présente un nez de poire et de papaye, mais aussi des notes de feuilles d’érable séchées. La bouche est riche, considérant que ce vin n’est pas dosé. Un petit côté mielleux, une agréable fraicheur, un touche de minéralité et de salinité. Très belles bulles à ce prix, et pas que pour l’apéro. C’est vineux. À boire sur des poissons fumés entre autres.

Capture d’écran 2013-12-01 à 10.22.51

La célèbre affiche qui orne la bouteille de ce Vouvray effervescent.

Blanc

Domaine de Bois d’Yver, Chablis Premier Cru Montmain 2011, code SAQ :  11635108, 29,65$

Cépage: chardonnay

Difficile de trouver meilleur Chablis 1er cru à ce prix. Ce vin est de l’arrivage Cellier du 28 novembre, et ça devrait partir vite à mon avis. Il faudra en faire une petite réserve pour le temps des fêtes. Ce petit domaine familial est maintenant opéré par Thomas Pico, qui produit aussi les vins de son propre domaine, le domaine Pattes Loup, disponible en importation privée. Vin élevé en cuves d’acier, au nez subtil d’agrumes de fleurs des champs. Superbe tension minérale en bouche. Zeste de citron meyer. Acidité vive en finale. Belle longueur. Un vin de gastronomie. C’est une sorte de cliché, mais ce Chablis et les huitres… Ça sera dur à battre.

Capture d’écran 2013-11-24 à 14.44.15

Doux

Klein Constantia, Vin de Constance (Afrique du Sud) 2007, Code SAQ :  10999655, 63$

Cépage : muscat

Il est ironique de classer l’Afrique du Sud vinicole dans le Nouveau-monde. Car ce grand vin doux s’y produit dans la péninsule du Cap depuis 1685. Il se retrouvait déjà en Europe où il régalait Napoléon, importé par les navires commerciaux qui faisaient escale au Cap sur la route de l’Asie. Contrairement aux Sauternes, notamment, il n’est pas issu de raisins botrytisés. C’est une vendange tardive, qui s’est effectuée aux environs de Pâques l’an dernier. Les raisins sèchent ainsi sur la vigne, se concentrant en sucre et en arômes, mais perdant aussi beaucoup de jus. Les vendangeurs passent dans la vigne tous les jours, et ne ramassent que les baies qui sont prêtes. Un travail d’une extrême minutie. Tout cela fait partie des raisons expliquant le prix d’un tel vin. Ça et sa bouteille singulière fabriquée en Italie qui est du plus bel effet mais qui ajoute au coût de production…

IMG_8093

Sur 2007, ce vin présente un nez d’abricots dans le sirop, de pêche, de muscade et de cardamome. Première lampée, et arrivent le caramel, le sucre d’érable, le beurre, les fruits confits. Il y a même un petit côté salin. Le sucre n’écrase pas le reste. Équilibre, une matière soyeuse qui caresse le palais et la gorge dans une finale longue, longue, longue…

C’est un vin qui peut vieillir élégamment. J’ai eu la chance de goûter le 2004 et le 1999, qui s’est au fil du temps habillé d’une jolie robe couleur bronze. Au nez, vieux rhum brun, noix de coco grillée, caramel, dates et torréfaction. La bouche allait dans la même direction.

Pour boire sur des fromages bleus relevés, un poulet rôti aux figues, des desserts aux noix, abricots, pomme…

 Rouge

Château l’Argentier , «l’Argentier», IGP pays du Gard 2010, Code SAQ :  11587927, 19,40$

Cépage : carignan

Courantes en importation privée, elles sont trop rares, ces cuvées faites 100%  de vieilles vignes de carignan. L’Argentier est issu d’une petite parcelle vignes de 70 ans de deux hectares. Le nez est subtil. Du fruit noir, comme la mure, pur, profond, délicatement épicé. Une épice que l’on retrouve en bouche sous forme de poivre, surtout, qui vivifie une matière riche, dense et onctueuse, de prune et de réglisse. Belle fraicheur, tanins soyeux avec une petite touche de rusticité propre au carignan. J’adore le carignan. Avez-vous remarqué? Déjà bon après un passage en carafe, il sera encore meilleur dans quelques années. À ce prix, vous n’en  aurez jamais assez. À déguster avec un agneau braisé aux fines herbes.

Sagelands Vineyard, Four Corners 2010, Code SAQ :  11202901, 18,80$

Cépage : cabernet sauvignon

Un nez de fruits noirs murs, mais pas confiturés, comme le cassis et la prune, et de poivron grillé. La bouche est juteuse, bien fruitée et on y retrouve encore une fois le poivron. Un peu de fraîcheur, un peu d’acidité, des tanins souples. Un petit cab simple mais charmeur et facile d’approche.

photo 1

Château Villerambert Julien, Minervois 2007, Code SAQ :  00743385, 23,55$

Cépages : syrah (70%), grenache (30%)

Vin opaque au nez de mine de crayon, de mure poivrée. La bouche est puissante, le fruit y est subtil, les épices plus présentes. C’est riche, les tanins sont fermes, sans être rugueux ni lourds. Un très beau vin racé et puissant pour les viandes relevées. À carafer. Même qu’après 24 heures en carafe, il m’a semblé encore plus aimable.

Château Mire l’étang, Cuvée des ducs de Fleury, La Clape Languedoc 2011, Code SAQ :  00859132, 17,95$

Cépages : grenache, syrah, mourvèdre

Nez massif de fruits noirs murs, cassis et prunes, d’épices douces, de vanille, et légèrement boisé. La bouche ne fait pas plus dans la dentelle avec ses tanins tonitruants. Le fruit noir est mure, mais pas trop confit. On détecte des notes d’herbes typiques de la garrigue du sud de la France et de réglisse. Plutôt marqué par le bois. Un vin qui a défaut d’être d’une grande finesse, est doté d’un certain charme que remarqueront ceux qui préfèrent le muscle à l’élégance. 24 heures après l’ouverture toutefois, il s’adoucit un peu. À carafer avant de boire, donc, ou à laisser en cave quelques années. Pour accompagner le gros steak.

Hecth & Bannier, Côte-du-Roussillon 2010, Code SAQ :  11660055, 24,45$

Cépages : grenache, syrah, carignan, mourvèdre et lledoner pelut

Une des deux cuvées de cette maison de négoce d’Aix-en-Provence disponibles chez nous. J’ai eu la chance de goûter le 2010, disponible en ce moment chez nous, et le 2009. Au nez, ce dernier, issu d’un millésime solaire, se confond presque avec un vin doux naturel du Roussillon tant les effluves de chocolat noir et de bleuets confits explosent. Le 2010 est moins charmeur et plus subtil, mais en bouche, il est aussi plus frais, plus équilibré. Du fruit noir bien épicé, des tannins de moyenne intensité, et même si les vins de soif ne sont pas la marque de commerce de la région, celui-ci se boit aisément sans se faire lourd. Belle buvabilité, comme dirait l’autre. L’absence de barriques neuves et l’utilisation de cuves béton lors de la vinification n’y sont pas étrangères. Ça a beau être du négoce, on ressent une réelle recherche d’authenticité dans la démarche de cette maison.

IMG_7970

Gregory Hecht

Le co-propriétaire, Gregory Hecht, nous a aussi fait goûter son Bandol 2010. Voilà qui est étonnant car de cette petite appellation parmi les plus qualitatives du sud, on trouve surtout des vins de vignerons, et peu de négociants. M. Hecht nous a d’ailleurs parlé de la complexité de la chose. Impossible d’y acheter du raisin pour le sortir de l’appellation et le vinifier ailleurs. Il achète donc des vins chez des vignerons, et les assemble à son goût. Il refuse de dire à qui il achète son vin, à la demande desdits fournisseurs. Mais il nous parle de ceux qui l’inspirent, et qu’il est allé voir. Il nomme les domaines Gros N’oré, Pibarnon. et Tempier, le plus grande domaine de Bandol selon lui. Ce qui est de bonne augure si des jus de ces vignerons se retrouve dans le Bandol de Hecht et Bannier. Celui-ci, même si la bouteille était ouverte depuis 24 heures quand on l’a dégusté, s’est montré austère. Nez de mine de crayon, d’épices. La fruit est encore discret. En bouche, on trouve une certaine fraicheur. Même une  étonnante salinité. Fruit noir, tanins fermes mais fins. Comme tout bon Bandol, c’est pour boire dans longtemps, mais ça augure bien. On espère le voir arriver au Québec!

Bandol, Hecht Bannier, 2009

 Fernandino Principiano, Barolo Serralunga 2009, Code SAQ :  11387301,  39,75$

Cépage : nebbiolo

Fernandino Principiano est un vigneron jeune dans le paysage des grands vins du Piémont, mais ancestral par sa façon de travailler. Avant de partir à son compte, il a fait ses classes dans plusieurs grandes maisons italiennes. «On travaillait de façon moderne, avec des fermentations plus courtes à haute température dans des cuves qui font tourner le mout sans cesse pour accélérer le processus. Il y avait une grande utilisation de produits chimiques à la vigne et de barriques françaises neuves. À 30 ans, j’ai commencé à me servir de ma tête. Je me suis dit que ça n’était pas ça, la tradition de chez nous», raconte-t-il.

IMG_7956

Fernandino Principiano

Il a étudié les méthodes de production ancestrales de sa région et c’est dans cette optique qu’il s’est lancé. Tous ses vins, du simple nebbiolo d’Alba à sa plus grande cuvée de Barolo, en passant par ses barbera, se caractérisent par leur fraicheur, leur délicatesse, leur pureté. Des vins de plaisir.

principiano

Ce Barolo Serralunga en est un bel exemple. Un nez invitant de fruit noir, de marc de café, de gallets. La bouche est sublime. Du fruit noir acidulé à profusion. Cassis, figue, mure. Des épices comme le thym. Un boisé très fin et une belle minéralité. Mais surtout, des tanins élégants, une grande fraicheur. Ça pourra se garder en cave assurément, et même gagner en finesse. Mais c’est un Barolo qui saura plaire dès maintenant à tous ceux qui délaissent les vins aux tannins tonitruants et qui hésitent à déboucher ce type de bouteille de peur qu’elle soit trop jeune et austère.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :