Flux RSS

Coups de coeur de Terrebonne… (oui oui!)

Publié le

J’ai passé un après-midi à me balader sur la belle Île-des-Moulin, le weekend dernier dans le Vieux-Terrebonne. C’était la 17ème édition du festival des vins de Terrebonne, rebaptisé cette année Vins et histoire de Terrebonne.

(Suggestions de vins goûtés à Terrebonne au bas de ce billet!)

Capture d’écran 2013-08-16 à 22.11.29

Hors des grands et plus formels salons intérieurs que sont la Grande dégustation de Montréal, le Salon des vins de Québec et le plus irrévérencieux Salon des vins d’importation privée, il existe en province quelques chouettes festivals de vins très grand public, extérieurs, sous le soleil (ce qui représente parfois un défi pour les exposants, quant à la température de service des vins quand Galarneau tape!).

Celui de Terrebonne est probablement après Saguenay le plus important.

Beaucoup d’exposants, et pas que dans le vin, il y a de belles trouvailles à faire du côté de la bouffe et de la bière.

Seul bémol, dans cette organisation sans faille, j’aurais aimé qu’on présente aux amateurs de vin de la Couronne-Nord un plus grand éventail de produits, qu’on leur montre autre chose que des vins déjà largement vendus en SAQ. Qu’on soit plus flyé quoi!

Il y avait bien quelques kiosques d’agences d’importation présentant des produits originaux, quelques vignerons québécois heureusement, une agence spécialisée dans les vins turcs, mais surtout beaucoup de vins certes bons, mais déjà bien connus. Ces évènements ne devraient-ils pas servir pour les représentants en vin à faire découvrir des produits méconnus? À inciter les consommateurs à goûter et éventuellement se procurer des vins devant lesquels ils passent sans broncher lors de leurs emplettes, non pas par manque d’intérêt, mais par méconnaissance? C’est aussi dans ces évènements que l’on peut sensibiliser la clientèle à l’importation privée, simple comme bonjour mais méconnue. Et puisqu’il faut acheter à la caisse, en privé, on veut goûter les vins avant de débourser. Ces salons et festivals sont l’occasion de le faire.

Le prix des kiosques (oui, dans ces évènements, les exposants paient leur kiosque, à un coût prohibitif dans le cas des grands salons) écarte-t-il les plus petites agences, qui sont souvent celles qui introduisent sur le marché les produits plus déjantés et lancent les modes? Possiblement. Présume-t-on que les consommateurs de la banlieue sont plus conformistes? Est-ce que les agences font payer leurs kiosques par les producteurs des vins qu’ils y présentent, ce qui forcément favorisera les grandes maisons plus en moyens? Voilà quelques questions que je lance (dans une optique constructive, qui sera interprétée ainsi je l’espère!) aux organisateurs et exposants en vue des prochaines éditions.

Les festivaliers de Terrebonne ont néanmoins tous semblé passer une bonne journée. Et moi aussi dois-je admettre. En faisant un bon tri, il y avait là de belles dégustations à faire. Je n’ai pas tout goûté, mais voilà déjà quelques trouvailles.

Blanc

Vignoble du Chat botté, Blanc sec, Hemmingford, Québec, 2012, 16$, en vente au domaine.

Cépages : swenson white, adalmiina, frontenac gris

chat botté

Je vous avais déjà parlé des délicieux rosés et vins de paille de ce domaine dans un papier sur le Tastecamp. À Terrebonne, j’ai goûté le blanc sec 2012 qui n’était pas encore disponible à l’époque. Le nez est incontestablement sur la pomme verte et la poire. La bouche est fidèle à ce premier constat. C’est frais, tendu, doté d’une belle acidité. Simple et très bon pour le prix. Pour la table, avec des crustacés, de cévichés, peut-être même des huitres. On y produit aussi un très bon demi-sec, moins mon style, mais qui en ravira plusieurs à l’heure de l’apéro, à 16$ lui aussi.

Domaine de la Préceptorie, Coume Marie, Côtes du Roussillon 2011 25,34 $, disponible en caisse de six, en importation privée chez Alain Bélanger

Cépages: grenache gris, grenache blanc, macabeu, carignan blanc

coume

Un domaine qui travaille en agriculture biologique, dont les vins sont généralement irréprochables. Ce blanc présente au nez des effluves de petits fruit blancs, de galets mouillés par la houle saline. En bouche, c’est poire et pêche blanche, c’est minéral et salin. Un brin gras, très frais et bien tendu. Très bon !

Stags’ Leap, Napa Valley Chardonnay 2011, Code SAQ :  00747444, 35$

Cépage : chardonnay

Capture d’écran 2013-08-16 à 11.15.54

Un domaine prestigieux de Napa. Un chardonnay résolument issu du Nouveau-Monde mais d’une belle élégance. Le nez est mielleux avec des notes de fruits exotiques comme de l’ananas confit, et un brin de vanille. Une vanille que l’on retrouve en bouche, comme l’ananas, la pêche blanche, la papaye et, la noix de coco. Texture grasse, malgré une agréable fraicheur. Un vin de gastronomie qui pourra attendre quelques temps dans la cave. À boire avec le homard, un saumon ou un flétan au beurre blanc.

Audrey et Christian Binner, Cuvée Béatrice, Alsace 2010, Code SAQ :  11955208, 33,75$

Cépage : gewurztraminer

photo 1

Il faut vous jeter illico sur les quelques bouteilles restantes en succursale ou sur le site Web de la SAQ (c’est simple et sans frais, livré chez vous). Ce vin autrefois disponible en importation privée chez Planvin fait son entrée en SAQ. 33$, me direz-vous, ça n’est pas donné. Mais ce vin les vaut amplement. C’est possiblement un des meilleurs gewurz que j’ai bus, toutes catégories confondues. Les Binner sont vignerons depuis des générations, et travaillent en biodynamie depuis une quarantaine d’année. Bien avant que ce soit la mode… Ce vin très parfumé nous rappelle les fleurs tropicales, l’abricot, le coing. La bouche est riche et onctueuse, et goûte les pêches dans le sirop, les abricots, la crème fouettée fraiche, un brin la cannelle. Ce vin titre tout de même 15 grammes de sucre par litre, mais nos papilles n’y voient que du feu. C’est frais, et très minéral. Déjà bon mais ça tolèrera une très longue garde, 10 ou 20 ans… À boire avec des plats exotiques très raffinés issus, par exemple, de la cuisine thaïlandaise.

Rouge

Vignoble Carone, Venice Pinot Noir 2011, Code SAQ :  11345258 , 36$

Cépage : pinot noir

photo 3

Voilà le premier vin fait à 100 % de pinot noir du Québec sur le marché. Depuis quelques années, le bouillant vigneron de Lanoraie Anthony Carone en produit, mais assemblait chaque fois jusqu’à 25% d’autres cépages rustiques au pinot pour le colorer, le tonifier. Sur 2011, il laisse pour la première fois ce capricieux et délicat cépage s’exprimer seul et espère ne pas revenir derrière. Je vous avais d’ailleurs parlé de ce produit dégusté en mai alors qu’il n’était pas encore embouteillé. Ça s’annonçait bien. Maintenant qu’il est en bouteille et sur le marché, je vous le confirme. Nez de fruits rouges bien murs, de sous-bois et de champignons sauvages. Bouche tendre, fraiche, au fruit rouge acidulé et aux tanins soyeux. Une belle réussite. Pas donné toutefois, mais on peut aisément comprendre ce que ça représente comme travail, et comme coût, produire du pinot au Québec. Disponible depuis peu en SAQ!

Vignoble du loup blanc, Les Trois P’tits C, IGP Aude Val de Cesse 2011 Code SAQ :  10528239, 22,25$

Cépages : grenache, carignan, tempranillo, alicante bouschet

Capture d’écran 2013-08-15 à 23.24.02

Les vins du restaurateur montréalais Alain Rochard, proprio du Continental, ne cessent de se raffiner au fil des ans. Il faut dire que le travail de la vigne occupe sa vie depuis 10 ans à peine et qu’il apprend toujours son métier, apprivoise toujours sa terre et sa vigne du Minervois, dans le sud de la France. Certifié bio, en route vers la biodynamie, le Vignoble du loup blanc produit des vins misant de plus en plus sur la délicatesse, la pureté du fruit, et l’authenticité. Une de ses cuvées les plus populaires, récemment de retour sur le millésime 2011 en SAQ, est un bel exemple de cette affirmation. Les Trois p’tits C est un assemblage peu orthodoxe de cépages espagnols. Ce pourquoi il a été classé en indication géographique protégée Aude Val de Cesse, et non en AOC Minervois, qui ne permet pas cette fantaisie.

C’est un vin aux fruits noirs croquant, mure et cassis, épicé, minéral, aux tanins soyeux. Généreux, mais délicat. Ça se boit sans soif, sur de l’agneaux aux herbes ou une bavette grillée.

Aussi parmi les arrivages récents, sa cuvée Soif de loup 2012  qui, comme son nom l’indique, est un vin de soif, tout en fruit. Je ne l’ai pas goûté cette année, mais je vous avertis, ça ne restera pas longtemps sur les tablettes, alors ne tardez pas trop. Ce sera un petit 16$ très bien investi, vous voudrez en faire votre vin de tous les jours.

Domaine Olivier Pithon, cuvée Laïs, Côtes du Roussillon 2010

Cépages : carignan, grenache, syrah, mourvèdre

photo 2

Celui-là n’est pas encore disponible en SAQ, mais notez bien son nom et marquez le 10 septembre dans votre calendrier. Ce très joli vin sera d’un arrivage Cellier et il ne devrait pas traîner sur les tablettes à environ 25$. La cuvée porte le nom de la première vache, Laïs, à paître à travers les vignes d’Olivier Pithon. L’éminent sommelier Pascal Patron disait d’elle qu’elle avait parmi les plus jolis yeux qui soient. L’histoire ne dit pas s’il parlait des plus beaux yeux du règne animal seulement, ou de toute la création… Bref, Pithon est de ceux qui croient qu’en plus de cultiver la vigne sans intrant chimique, celle-ci s’épanouit avec harmonie et vigueur lorsque entourée d’une faune et d’une flore bien actives. On ne peut le contester quand on goûte ses jus dont la matière est d’une remarquable pureté. D’abord vinifiés séparément selon le terroir dont ils proviennent, ils sont ensuite assemblés en cuve de béton. Quand on hume ce vin complexe, on trouve de la griotte, mais aussi de la figue, du raisin sec, de la réglisse et des épices. On y goute et la matière est séveuse, riche, pourtant sans lourdeur et aux tanins tout en soie. C’est minéral à fond, et remarquablement équilibré. J’ai hâte au 10.

N'a-t-elle pas effectivement de beaux yeux, la vache d'Olivier Pithon? Photo: site Web d'O. Pithon

N’a-t-elle pas effectivement de beaux yeux, la vache d’Olivier Pithon?
Photo: site Web d’O. Pithon

The Dreaming Tree, Crush, California North Coast 2011, Code SAQ :  11975102, 19,95$

Cépages : zinfandel, merlot, petite sirah, syrah

Capture d’écran 2013-08-16 à 16.39.12

Le rocker Dave Matthews semble prendre racine là où la vigne fait de même. Après avoir démarré un premier domaine viticole dans sa Virginie natale, Blenheim, dont je vous ai parlé l’an dernier, le voilà se joignant au winemaker californien Steve Reeder dans le projet Dreaming Tree, à Sonoma. J’ai trouvé ce vin un peu plus bonbon et racoleur que ceux de Blenheim, mais pour les très nombreux amateurs de gros vins rouges charnus, au fruité confit, et aux tanins joufflus, il sera au top. C’est une bombe de fruits ; fraise, cassis, prune, bleuet, légèrement mentholé, aux notes fumées, et goûtant presque la résine de sapin. Heureusement pas trop marqué par le passage en barriques. Pour le gros steak saignant.

La Spinetta, Starderi, Barbaresco 2006, Code SAQ :  11863194, 125,25$

Cépage : nebbiolo

photo 4

Ce trop jeune colosse est issu de la parcelle Starderi et de vignes d’une quarantaine d’années. Autant dire que c’est un petit jeunot même si nous sommes sept ans derrière le millésime. Le nez est sur la prune, le poivre rose, la vanille, la mine de crayon, le cuir et le tabac. En bouche, les tannins sont puissants, sans être durs. Le cassis domine au niveau du fruit. Minéralité intense. Acidité bien présente. Mais l’ensemble est encore austère. Ce géant devra attendre et s’affiner dans votre cave, et dans une dizaine d’années, il devrait être majestueux. Disponible dans les deux succursales Signature, mais livrable dans toutes les SAQ de la province.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :