Flux RSS

Arrivages sympas à se procurer sans tarder

Je ne vous assomme pas avec de longues phrases et de longs récits pour cette chronique, passons tout de suite aux choses agréables ! Voici quelques suggestions de chouettes vins récemment arrivés sur les tablettes de notre monopole d’État. La plupart sont de petits arrivages que s’arrachent vites les amateurs, c’est donc maintenant qu’il faut se les procurer. Ce n’est pas le temps ici de prendre des notes pour plus tard, c’est pour maintenant !

Capture d’écran 2013-07-11 à 14.40.46

Pop !

Domine Tselepos, Amalia Brut, Arkadia, Code SAQ :  11901103, 23$

Cépage: moschofilero

Avec tous le charabia en grec sur l’étiquette, peut-être hésiterez-vous à acheter cette bouteille de mousseux faute de comprendre ce qui se trouve dedans. Erreur! Constituez-vous plutôt une petite réserve de cette rafraichissante nouveauté à prix doux pour les chaudes journées d’été entre amis. Je l’avais dégusté il y a quelques mois chez l’importateur du Domaine Tselepos, Oenopole, et on me disait qu’il devait faire son entrée à la SAQ en septembre. «Merde», avions-nous lancé en chœur. Faut que ça sorte en été, ce vin. Et voilà que sans le chercher je suis tombé dessus il y a quelques jours. Un arrivage plus tôt que prévu, on aime ça!

On est ici dans la région du Péloponnèse, et ce vin est produit selon la méthode traditionnelle champenoise avec le cépage blanc autochtone de cette région, le moschofilero.

Le nez sent le pétale de rose, me semble-t-il. La bouche est fraîche, avec des saveurs de melon miel, de croissant, mais aussi une salinité bien appuyée qui rappelle subtilement les herbes salées. Les bulles sont d’une belle finesse.

C’est une bulle facile d’approche qui plaira à tous, car elle est charmeuse et pas trop acide.

À boire entre amis sous le soleil, ou avec des ceviches, des poissons fumés ou des salades estivales!

En blanc

Patrick Piuze, Terroir de Chablis, Chablis 2012, Code SAQ :  11180334, 23,75$

Cépage : chardonnay

On se délecte depuis quelques années des vins de ce québécois qui a démarré en 2008 une petite entreprise de négoce dans le mythique village de Chablis. Par négoce, on veut dire qu’il achète du raisin à des viticulteurs qui le cultivent, sur plusieurs parcelles, ou climats, de l’appellation. On doit parler ici de micro-négoce. La production est limitée et les producteurs choisis par M. Piuze minutieusement sélectionnés. Ce chablis est l’entrée de gamme de Piuze en appellation Chablis village. Il est issu d’un assemblage de raisins provenant de plusieurs parcelles.

Le nez est très citronné, et sent l’herbe fraichement coupée. La bouche est vive, acidulée, très saline, et minérale. On demeure sur les agrumes, citron et pamplemousse blanc, mais une toute petite note de melon miel est perceptible et apporte un brin de rondeur à ce bon Chablis que vous boirez avec un homard ou une soupe de poisson.

piuze-berthet

Domaine Berthet-Bondet, Tradition, Côte-du-Jura 2009, Code SAQ :  11794694, 25 $

Cépages : savagnin, chardonnay

J’ai déjà écrit au sujet d’un autre vin du Jura que j’aime beaucoup, les Compères du duo Ganevat et Bouvret, un chardonnay ouillé, qu’il était le vin par excellence pour approcher ce singulier monde des vins blanc du Jura si on n’est familier avec. Je dirais que celui-ci, de la maison Berthet-Bondet, serait l’étape suivante. Car on est ici sur un vin beaucoup plus typé, mais pas trop, un assemblage de chardonnay et de savagnin, LE grand cépage jurassien. Le chardonnay apporte une touche de délicatesse au déroutant savagnin. On a donc ici un vin élevé deux ans sous voile. Ou non-ouillé. Brève explication : en général, pendant l’élevage en barriques, une partie du vin s’évapore, le bois étant poreux. C’est ce qu’on appelle la part des anges. Pour qu’il ne reste jamais d’air au-dessus du vin et qu’il ne s’oxyde pas on remplit couramment la barrique avec un vin conservé dans une cuve. C’est ce qu’on appelle l’ouillage. Mais dans le Jura, on laisse parfois l’évaporation se poursuivre sans jamais toucher au vin. Pour produire le vin jaune par exemple, on le laissera ainsi plus de six ans en barrique sans jamais toucher au vin. Il se forme pendant ce temps à la surface un voile de levure qui devient bien dur et qui protège le vin. Ce qui représente un certain stress pour les vignerons car ils ne peuvent jamais, pendant l’élevage, savoir si l’alchimie se sera faite et si la barrique sera réussie ou rien que bonne pour le caniveau. Cette technique donne au vins dits «oxydatifs» des propriétés gustatives très particulières qu’en général, on adore ou déteste, sans juste milieu. Fermeture de cette longue parenthèse, je reviens au Tradition 2009 de Berthet-Bondet. Le nez est explosif, ça sent les noix, les champignons sauvages, le sous-bois. Bref, ça sent le Jura! Ces arômes sont aussi perceptibles en bouche, qui est très très longue, et dans laquelle on goute les noisettes, les noix de Grenoble, les épices, avec des notes de cari. On perçoit aussi du sel. Est-ce un tour que nous joue notre esprit? On croirait presque gouter le vieux Comté dont on se délectera avec ce vin… Pour terminer, c’est aussi frais et porteur d’une certaine acidité. Donc, bref, c’est assez typiquement jurassien, mais pas encore dans ce qui s’y fait de plus déroutant. Ça reste assez facile d’approche. Étape 2 de votre découverte des vins du Jura, pour un prix tout à fait acceptable!

Champalou, La Cuvée des Fondreaux, Vouvray 2011, Code SAQ : 11953229, 23,05$

Cépage : chenin

Je n’avais pas forcément prévu parler de ce vin, donc je l’ai bu à table avec des amis sans prendre de notes. Mais une fois la bouteille vide, je me suis dit que bon comme ça, ce vin devait être mentionné ici. Je vous le décris donc au meilleur de mon souvenir! Dans cette appellation de Loire, le chenin se décline en vins sec, demi-sec, doux, et en bulles. La maison qualifie cette cuvée de demi-sec, mais j’ai déjà vu des demi-secs bien plus sucrés! Celui-là se place selon moi à mi-chemin entre ce que mes connaissances associent au sec et au demi-sec. Le nez est floral et mielleux. En bouche toutefois, malgré l’abondance de fruit, poire, pêche blanche, ananas, force est de constater que sa minéralité et une certaine acidité lui confèrent un bel équilibre et que le sucre ne nous accroche pas outre-mesure. Un vin charmeur et complexe qui s’est à ma table merveilleusement accordé avec un chaudrée de morue, pétoncles et crevettes bien crémeuse, relevée et herbacée.

En rouge

Domaine de La Charmoise , Touraine 2012, Code SAQ : 00329532, 17,25 $

Cépage : gamay

Voilà un classique qu’on aime regoûter à chaque nouveau millésime. Un petit rouge à boire en toute simplicité, frais lorsque le mercure monte, avec des viandes pas trop relevées, des saucisses sur le grill. 2012, millésime difficile un peu partout en France, la Loire n’y a pas échappé. Le nez est très typé gamay. Épicé, herbacé, floral, avec des notes de bleuet mur. La bouche est toute en fraicheur et en fruit. Facile à boire, simple, gouleyant et rafraichissant, avec une toute petite touche de rusticité.

Azienda Agricola COS, Cerasuolo di Vittoria 2010,  Code SAQ : 11577391 , 32,75 $

photo 3

Cépages : nero d’Avola, frappato

Le O, dans COS, c’est pour Occhipinti. Comme Arianna Occhipinti. Sauf que dans ce cas, c’est plutôt pour Giusto Occhipinti, son oncle, un des trois associés fondateurs de cette petite maison. Mais on remarque tout de suite le lien philosophique entre les vins de l’oncle et de la jeune prodige du vin nature sicilien qui a appris son métier auprès de Giusto. Des vins d’une grande pureté, qui misent sur l’élégance, l’expression du terroir, plutôt que sur la puissance. Le nez est sur les fruits noirs, les cerises, le poivre rose, la menthe, et la cendre froide. La bouche est encore bien marquée par le fruit, mur mais pas confit, et les épices. D’une belle amplitude, très minéral, les tanins sont soyeux. C’est complexe et très délicat. Cette petite bouteille trapue accompagnera sans doute élégamment une bavette de veau, ou un carré de cochonnet aux herbes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :