Flux RSS

Place (à table) au rosé

Publié le

IMG_6716

C’est presque une obligation, mais pas une punition, de vous parler de vin rosé en cette période où le printemps tente (tant bien que mal) de se faire estival.

On a l’impression de se répéter chaque année, mais le vin rosé, bien qu’il coule à flots sur les terrasses l’été venu, n’a pas la meilleure des cotes ici. Plusieurs le considèrent encore comme un petit vin de soif un peu bonbon simplement bon pour se désaltérer. C’est vrai pour une partie de l’offre dans notre monopole. Mais il y a aussi des vins très soignés, même gastronomiques, du côté des rosés. Il n’y a qu’à penser aux Tavel, à certains rosés corses, de Bandol, ou encore mieux, de la mythique et confidentielle appellation Rosé des Riceys (quoique ceux-là jouent plus dans la cour des grands pinots noirs de ce monde que des rosés de piscine!), en Champagne.

Bref, je vous invite par cette chronique à dépenser quelques dollars de plus, mais à découvrir des rosés qui feront changer votre idée préconçue de ces vins de plaisir. La plupart en sont qui viennent d’arriver, en bonne quantité, mais qui ne seront disponibles que pour l’été jusqu’à épuisement des stocks.

J’y vais bien d’un ou deux classiques. À ce titre d’ailleurs, je peux vous dire que l’éternel Pétale de rose, produit en Côte de Provence par Régine Sumeire, avec qui j’ai récemment eu la chance de dîner, demeure un modèle dans la catégorie des rosés couramment disponibles en SAQ. Frais, d’un fruité subtil sans lourdeur, il a pour défaut au fil des années de s’être retrouvé à près de 20 $. Le bon côté, c’est qu’il est de qualité irréprochable et pratiquement disponible dans toutes les succursales du monopole.

Détail intéressant, j’ouvre cette chronique avec un petit match comparatif entre deux rosés de Provence, dont un fait justement partie de l’écurie Sumeire, puisqu’il est produit par son neveu Olivier!

Château d’Esclans, Whispering Angel, Côte de Provence 2012, Code SAQ :  11416984, 22,65$

Cépages : grenache (80%), cinsault (10%), syrah (10%)

Robe très pâle, nez délicat, sur le bouquet de fleurs des champs, avec une petite touche épicée et très subtilement, de melon d’eau. La bouche affiche un fruité réservé, sur la canneberge et la framboise. C’est tendu, très frais, avec une acidité marquée. D’une longueur appréciable. Loin d’être un rosé bonbon, je l’ai trouvé plus à sa place à table que seul à l’apéro en raison de son acidité, j’imagine. Etonnamment, il s’est bien entendu avec le homard frais, et le saumon fumé. Ça vous paraîtra banal peut-être, mais mon principal bémol sur ce vin, c’est l’incapacité de trouver des détails en français sur le site Web de la maison Caves d’Esclans. On est en France tout de même, et même si le marché visé par ce vin est probablement l’international avant le marché domestique, il ne faut pas renier ses origines ! Heureusement, le vin est impeccable !

Château Coussin, Côtes de Provence Sainte-Victoire 2012, Code SAQ :  11945229, 20,55$

Cépages : grenache (70%), cinsault (20%), syrah (10%)

Toujours la Provence, si ce n’est qu’on est ici en appellation Sainte-Victoire, du nom de la montagne qu’a peinte Cézanne sous tous ses angles et selon toutes les luminosités. Mêmes cépages, avec un peu moins de grenache, mais un peu plus de cinsault. Mais en gros, peu de différence sur papier avec le précédent. Le Château Coussin fait partie des propriétés de la famille Sumeire, et est dirigé par Olivier, le neveu de Régine, qui produit le populaire Pétale de rose. On trouve d’ailleurs un air de famille entre les deux, si ce n’est que celui-ci m’a semblé d’un fruité plus riche que celui de la tante. L’agréable nez est de pivoine, de rose, et de sorbet à la framboise un brin épicé. La bouche offre une belle amplitude, du fruit mur, n’est ni confite ni sucrée, et présente peu d’acidité. Plus charmeur que le précédant quoi. Un très bon rosé qui m’apparaît plus approprié à l’apéro ou sur des petites entrées froides et simples.

Bodega Olivares, Jumilla 2012, Code SAQ :  10956698, 12,20$

Cépages : monastrell (70%), syrah (30%)

L’aubaine du jour, disponible dans une très large majorité des succursales de la SAQ. Issu du monastrell, le nom original espagnol du cépage que nous connaissons sous le nom de mourvèdre ailleurs dans le monde, et qui donne notamment leur fort tempérament aux vins de Bandol, ce petit rosé ne manque pas de matière. Évidemment, ça reste simple. Le nez est sur le fruit rouge bien mur, la fraise notamment, avec une touche herbacée. La bouche est une explosion de petits fruits rouges, avec un brin de fraicheur et d’acidité. Très agréable. Entendons-nous, nous ne sommes pas en présence d’un vin d’une grande subtilité, mais tout de même, malgré ton taux de sucre résiduel de trois grammes par litre, on n’a pas l’impression de boire un jus de fruit en poudre, comme certains de ses concurrents dans cette gamme de prix. Pour l’apéro, la terrasse, quand vous avez une tonne d’invités et ne voulez pas vous ruiner avec le rosé.

canarelli

Clos Canarelli, Corse Figari 2011, Code SAQ :  11917666, 30,25$

Cépages : sciacarello (50%), nielluccio (30%), grenache (20%)

Voilà un des rosés les plus étonnants, mais disponible en quantité confidentielle dans notre monopole. Ce liquide de couleur pelure d’oignon sent la viande fumée, j’oserais même dire le bacon, avant qu’on ne le cuise, les cailloux, le caramel brûlé, et très subtilement, la framboise. Un nez étonnamment complexe pour un rosé. La bouche, tendue et fraiche, offre beaucoup de matière, de la tension, une minéralité bien perceptible (oui, ça se peut dans le rosé !), des épices, et même des légers tanins. Il y a du fruit, mais tout en retenue. Rarement boit-on des rosés qui transmettent à ce point la couleur du terroir qui les a vus naître. Yves Canarelli travaille en biodynamie, et ça n’est pas étranger à ce constat, diraient les apôtres de ce mode de culture. Cela vaut-il 30$ ? Assurément, car il doit être jugé en fonction de ce qu’il est, et non en fonction d’une grille forcément un peu nivelée par le bas lorsqu’on place tous les rosés dans le même panier. Dégusté avec du saumon et des crevettes tempura, il était divin. Comme cela arrive parfois pour ce type de vin de niche, il y en a dans le réseau un certain nombre de bouteilles, mais concentrées dans 14 succursales du Grand-Montréal et de Québec seulement. Pour ceux qui habitent plus loin, une vingtaine de bouteilles sont toujours disponibles via le site Web de la SAQ.

Capture d’écran 2013-05-15 à 09.46.46

Domaine Bruno Clair, Marsannay 2011, Code SAQ :  10916485, 23,30$

Cépage : pinot noir

Avant même qu’il n’arrive sur nos tablettes lors du dernier arrivage Cellier, je vous avais prévenu qu’il allait être à surveiller. Depuis, je l’ai goûté, et j’avais bien vu, voilà un des plus beaux rosés de gastronomie disponibles chez nous. Je ne vous répèterai pas l’histoire de ce vin intimement lié au développement de la maison Bruno Clair ainsi que du village bourguignon de Marsannay. Disons simplement qu’avec sa couleur étincelante et dense tirant sur l’orangé de la brique, il annonce d’entrée de jeu son intensité. Le nez est sur le plant de fraise des champs, avec des notes de sous-bois et, plus discrètement, de pâtisserie. On y décèle aussi un petit côté métallique. La bouche est riche. Petits fruits rouges acidulés comme la fraise et la canneberge. Mais le tout avec retenue, si bien qu’avec la minéralité, la salinité, le côté herbacé et l’acidité, tout s’équilibre remarquablement. Comme le précédant, on remarque ici la présence de subtils tanins. Il aimera côtoyer de belles pièces de saumon ou de thon pas trop cuits, presque sushis. Ainsi que la volaille ou une salade aux gésiers de canard confits.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :