Flux RSS

Vins de dinde, vins de sapin

Voici en vrac toute une série de vins, aubaines et grands vins, classiques et iconoclastes, dégustés lors d’un récent (et trop rare) gueuleton mitonné par notre amie Johanne pour le reste de la Bande.

Le tout après s’être délecté d’un sublime petit cava 2007, 100 % macabeu élevé en barriques, une jolie bulle espagnole hélas introuvable ici…

Plusieurs de ces bouteilles méritent de se retrouver sur votre tablée des fêtes, ou sous le sapin !

Photo Chantal Poirier

Photo Chantal Poirier

En blanc

Bachelder, Chardonnay, VQA Niagara Peninsula 2010, Code SAQ : 11873721, 29,95$

Cépage : chardonnay

Thomas Bachelder, un Montréalais, est l’homme qui a permis au Clos Jordanne de devenir ce grand vin, un des premiers en Ontario, en y introduisant une méthode de travail à la bourguignonne. C’est à dire la confection de cuvées parcellaires un peu à la manière des appellations communales, premiers crus et grands crus que l’on trouve en Côte-d’Or.

M. Bachelder a récemment mis sur pied sa propre marque, éponyme, avec un concept original. Il s’est associé à des viticulteurs des trois régions du monde où il a perfectionné son art pour produire à chacun de ces endroits des cuvées de chardonnay et de pinot noir. Ainsi trouve-t-on en SAQ, ses vins d’Oregon, de Bourgogne, et de Niagara. Je vous parle ici du chardonnay de cette dernière région.

Au nez, ce vin nous signale son origine du Nouveau-monde. C’est un brin beurré, vanillé, brioché. On y détecte même de la truffe blanche. La bouche est ronde et riche, un brin boisée, avec des notes de caramel et de poire cuite. On perçoit une légère acidité sur la finale, ce qui confère un bel équilibre à l’ensemble. Complexe et long. Un beau vin pour la dinde de Noël !

Il y en a peu dans les succursales de la SAQ, mais il y a en revanche des quilles d’un peu tous les vins de Bachelder qui valent tous la dépense !

Matua Valley, Sauvignon blanc, Marlborough 2012, Code SAQ : 10968744, 17,60 $

Cépage : sauvignon blanc

Voilà un sauvignon blanc typique de la Nouvelle-Zélande conçu pour ceux qui aiment ce cépage quand il s’exprime de sa façon le plus caricaturale. Un nez d’asperge et de citron vert. Une bouche vive et tranchante, aux saveurs de pomme verte, d’herbe fraîchement coupée, un brin saline en finale. C’est bien fait, c’est bon, ça pourrait toutefois provenir d’une multitude de régions différentes du monde. Un bon apéro, et pourquoi pas même avec les huitres.

En rouge

Chevalier de Dyonis,  Dealu Mare 2011, Code SAQ : 00554139, 10,15$

Cépages : pinot noir (70%), merlot (30%)

Même si l’étiquette porte la mention pinot noir seulement, il contient tout de même un peu moins d’un tiers de merlot. Ce vin provient bien de Roumanie, mais il est embouteillé par une société de négoce québécoise qui s’appelle le Négociant français, exclusivement pour notre marché. Malgré le merlot, c’est bien le pinot noir qui nous saute au nez quand on hume ce vin qui sent les fruits rouges acidulés, les cerises et la terre humide. La bouche est toute en fruit, fraiche, gouleyante, peu complexe, mais à ce prix, ce n’est pas ce qu’on attend de lui. Un pinot pour tous les jours, à prix imbattable quand on sait ce qu’il en coûte généralement pour un bon pinot! Disponible dans près de 400 succursales de notre monopole.

Photo Chantal Poirier

Photo Chantal Poirier

Catherine et Claude Maréchal, Chorey-lès-Beaune 2009, Code SAQ : 00917617, 33,25$

Cépage : pinot noir

Passons d’un pinot à l’autre, mais celui-ci est d’une autre trempe. Et pour un autre type d’occasion, évidemment. Je n’ai pas dégusté tous les vins que produisent Catherine et Claude Maréchal mais tous ceux que je connais se caractérisent par leur délicatesse et leur élégance. Dans cet excellent, mais solaire millésime 2009 qui a donné des vins parfois trop extraits, même en Bourgogne, ce Chorey-lès-Beaune répond malgré tout aux caractéristiques mentionnées précédemment. Un nez de confiture de cassis, de bois exotique, et une bouche riche et fine, marquée par une fruit pur et net, une minéralité très perceptible, des tanins tout en soie. Frais et raffiné, pour accompagner des viandes délicates et pas trop lourdement apprêtées.

Photo Chantal Poirier

Photo Chantal Poirier

Schubert, Marion’s Vineyard, Wairarapa 2009 (Nouvelle-Zélande), Code SAQ : 10774288, 33,50$

Cépage : pinot noir

Voilà encore un tout autre type de pinot, plus charnu, plus musclé. Évidemment puisqu’on est dans la région de Martinborough, dans le sud de l’île du Nord, en Nouvelle-Zélande. Voilà un des coups de cœur de notre hôte Johanne. Ça sent bon les petits fruits rouges murs, la forêt après la pluie, les épices et presque les herbes salées. La bouche est puissante, généreuse, le fruit est plus confit que le précédent, peut-être mois raffiné mais plus charmeur, plus facile d’approche. Minéral, épicé, complexe, long. Aux tanins fondus. Il n’en reste presque plus en SAQ, mais à surveiller, ça reviendra.

Photo Chantal Poirier

Photo Chantal Poirier

Causse Marines, Peyrouzelles, Gaillac 2011, Code SAQ : 00709931, 19$

Cépages : braucol, syrah, duras, et quelques traces d’alicante, prunelart, jurançon (ne pas confondre avec l’appellation Jurançon !)

Rares sont les iconoclastes de la trempe de Patrice Lescarret à trouver leur chemin jusque sur les tablettes de la SAQ, et à y avoir autant de succès. Peyrouzelles signifie en occitan «pierres roses». Le nez de ce gaillac est terreux, sur le fruit noir et les épices. La bouche nous a semblé un brin plus verte que ce qu’on connaît de ce vin, mais après quelques temps dans le verre, ça se replace. C’est un vin d’une étonnante fraicheur pour le chaud sud-ouest de France, plein de caractère, épicé, délicat, minéral, facile à boire, gouleyant. Il n’a pas fait l’unanimité. Certains ont apprécié son côté déroutant, «éparpillé», pour reprendre l’expression de Dominic. Ce même caractère ayant déplu à d’autres amateurs de vins plus classiques. N’empêche, pour ceux qui aiment être dépaysés, voilà votre flacon, à prix tout à fait accessible.

Photo Chantal Poirier

Photo Chantal Poirier

Domaine des Ouleb Thaleb-Alain Graillot, Syrocco, Zenata 2009, Maroc, Code SAQ : 11375561, 20,55$

Cépage : syrah

Voilà un pays dont on connaît et consomme peu les vins. Mais ce Syrocco est pourtant la preuve qu’on peut y produire de très agréables syrahs. Il faut dire qu’Alain Graillot, vigneron à Crozes-Hermitage, dans le Rhône, maîtrise ce cépage depuis belle lurette. Ce vin offre un nez de bleuet, cassis, de violette et de terre. La bouche est pimpante, un brin rustique, sur le fruit noir, poivrée, acidulée, minérale. Les tanins sont d’intensité moyenne et il est d’une belle longueur.  Une belle découverte pour accompagner, pourquoi pas, un tagine d’agneau !

Photo Chantal Poirier

Photo Chantal Poirier

Michele Satta, Cavalière, Toscana i.g.t. 2006, Code SAQ : 00939827, 38$

Cépage : sangiovese

Ce producteur toscan produit une gamme de vins prétendant jouer dans l’équipe des super toscans. Celui-ci, fait que de sangiovese, affiche un nez fumé, de poivron rouge grillé, voire légèrement brûlé, de cerise noire, de cuir. La bouche, modérément tannique, est aussi toute en fruit noir, épicée, avec un brin de réglisse et me semble-t-il, toujours ce petit côté fumé. Il y a aussi des arômes de réduction, de balsamique, dirait-on. Étonnant pour un vin de ce calibre si jeune. C’est bon, mais il ne faut pas attendre inutilement pour le boire.

Photo Chantal Poirier

Photo Chantal Poirier

Osoyoos Larose, Pétales d’Osoyoos, Okanagan Valley, VQA Colombie Britanique 2009, Code SAQ : 11166495, 26,70

Cépages : merlot (42%) cabernet franc (26%), cabernet sauvignon (22%), petit verdot (8%), malbec(2%)

Osoyoos Larose est le fruit d’une alliance entre le géant canadien Vincor et le groupe qui possède le prestigieux deuxième cru classé du Médoc, le Château Gruaud-Larose, en appellation Saint-Julien. Dans le désert du sud de la vallée de l’Okanagan, on y produit des vins résolument inspirés du bordelais, tant par les cépages utilisés que par la philosophie, celle du grand vin et du second, plus accessible en jeunesse que le premier, conçu pour la longue garde. Pétales est donc le second. Au nez, on est sur les fruits noirs acidulés, comme la mure, mais avec une touche de framboise. On y détecte aussi un léger boisé, et des épices.

La bouche est tout de même massive pour un vin que l’on veut plus facile d’approche. On demeure dans le registre des fruits noirs, avec des notes légèrement herbacées, de poivron vert (l’apport du cabernet franc), et épicées qui apportent un peu de vivacité à l’ensemble. Les tanins sont fermes, et la longue finale légèrement toastée. Un très beau vin de gastronomie, de préférence des viandes rouges bien relevées. Disponible dans presque toutes les succursales de la SAQ du Québec.

Photo Chantal Poirier

Photo Chantal Poirier

Osoyoos Larose, Le Grand Vin, Okanagan Valley 2008, Code SAQ : 10293169, 44,50$

Cépages : merlot (80%), cabernet sauvignon(11%), petit verdot (6%), cabernet franc( 2%), malbec (1%)

Je vous donne les coordonnées du 2008 car c’est celui qui est massivement disponible en SAQ. Il y a aussi, pour ceux qui souhaiteraient impressionner la galerie aux repas des fêtes, des magnums et double-magnums de 2007 disponibles à quelques endroits dans le réseau. Mais nous, nous avons dégusté le 2003 précieusement conservé par Philippe. Les cépages sont présents en proportions similaires au 2008. C’était le deuxième millésime du Grand vin. Voyons comment il peut vieillir… Au nez, il présente des notes de vin mature, mais pas encore fané, avec ses parfums de cuir, de tabac, de cassis et de prune. La bouche est marquée par des arômes de fruits noirs, de réglisse, et un élégant boisé.  Les tanins sont encore bien soutenus, et une légère acidité est perceptible. Ce vin a encore assez d’étoffe pour attendre quelques années, mais il entre à notre avis dans sa meilleure période. À déguster comme le précédent, sur des viandes rouges bien goûteuses, mais pas exagérément assaisonnées, afin que ne soient pas masquées les qualités de ce vin!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :