Flux RSS

Le vin à l’ombre de la Maison blanche

Publié le

Parmi les principaux ennemis de la vigne en Virginie, la pluie et l’humidité abondantes!

Saviez-vous qu’on produit du vin, certains même très bons, presqu’à l’ombre de la Maison Blanche et du Capitole? Enfin bon… La formule est un peut-être un brin exagérée pour capter votre attention. Cela dit, je reviens bel et bien d’une virée en Virginie, dans un rayon d’une heure et demi de la capitale américaine, où j’ai pu prendre le pouls d’une industrie viticole qui se dynamise.

La viticulture gagne du terrain partout dans le monde. Hors des traditionnels pays producteurs que sont la France, l’Italie, l’Espagne et leurs voisins, ainsi que des régions du Nouveau-monde déjà bien implantées comme le Chili, l’Australie et la Californie, des pionniers tentent sans cesse de défricher de nouvelles terres. De trouver le nouvel Eldorado de la viticulture mondiale.

C’est ce qui a fait éclore dans les dernières décennies des vignobles qui se tirent très bien d’affaire à Niagara, dans la vallée de l’Okanagan, l’État de New-York (Long Island et Finger Lakes) et au Québec, pour ne nommer que les plus près de chez nous.

En Virginie, la plupart des domaines ont moins de 15 ans. Quelques uns ont une vingtaine d’années. Quant on lit la mention «old vines» (vieilles vignes) sur une étiquette, on ne parle pas de plus de 25 ans, contrairement aux centenaires que l’on peut trouver en Europe. Mais ça viendra, certainement.

J’ai eu la chance de sillonner cet état qui entoure la capitale américaine avec une bande de blogueurs vins déjantée et avide de découvertes inusitées. L’événement baptisé Tastecamp en était à sa quatrième édition après des passages à Long Island, dans les Finger Lakes et à Niagara, où j’étais aussi l’an dernier. Vous trouverez d’ailleurs mes comptes-rendus de cette première aventure ici et ici.

Mon principal constat : cette jeune Virginie viticole se cherche encore. L’effervescence et la fougue de sa jeunesse font en sorte qu’on y essaie tout. Dans ce climat chaud et humide, surtout en fin de saison là où au contraire on espère du temps sec, on plante de tous les cépages dans le but de trouver celui qui y fera mouche. Beaucoup de cabernet sauvignon, franc, merlot, malbec, tannat, sauvignon blanc, viognier et chardonnay. Un peu de pinot noir et syrah. Mais aussi quelques cépages qu’on n’est pas habitué de voir plantés hors de leur terre natale. Comme la touriga nacional portugaise. Le nebbiolo piémontais dont un domaine a même produit un vin blanc de vendange tardive. Le petit manseng de Gascogne, en France. Et quelques hybrides, comme le seyval et vidal, qu’on connaît au Québec, et le chambourcin, qui m’a laissé de marbre.

Pour l’heure, les cépages rouges du bordelais m’ont semblé les plus réussis. En blanc, c’est viognier et chardonnay. Au fil des décennies, les vignerons finiront par trouver leur voie. Ce qui s’adapte le mieux aux sols divers et aux climats de cette campagne prospère aux petits manoirs ancestraux de style colonial splendides qui abritent certaines des grandes fortunes de Washington. Donald Trump y possède même un domaine viticole, que nous n’avons pas visité.

Un modeste petit manoir bien américain, comme ils pullulent dans la campagne entourant le DC!

Déjà quelques uns de ces vins n’ont rien à envier à leurs vis-à-vis de la Californie et certains peuvent se trouver en importation privée au Québec. L’un a même déjà été en SAQ et le sera possiblement à nouveau.

Mais la meilleure façon de les découvrir, pour tous les Québécois habitués de passer leurs vacances sur la côte est américaine, sera en faisant un petit détour de deux ou trois jours par là. Où à tout le moins en essayant de trouver ces vins dans les commerces du coin.

Coup d’œil sur quelques domaines coups de cœur. Question de ne pas vous endormir, je vous en présente cinq dans ce premier volet, et un peu plus dans un billet à venir plus tard !

La salle des barriques du domaine Boxwood.

Boxwood Winery, Middleburg

Nous attendions à découvrir un domaine à l’envergure titanesque produisant des vins exagérément chers, comme nous pouvions l’appréhender à la propriété de cet ancien président de l’équipe de football professionnelle des Redskins de Washington, John Kent Cooke. Rien de cela. Évidemment, le bâtiment, d’accueil, le chai et la salle des barriques sont de belle facture, conçus par un architecte de talent. Mais le domaine en soi est tout petit, soit un peu plus de six hectares. Et les vins de la maison se détaillent à des prix démontrant un souci d’accessibilité.

On y voit tout de même grand. L’œnologue en chef de la maison, Andrew McTaggart, est un jeune ontarien formé en œnologie à l’Université Brock de St. Catharines, près des vignes de Niagara, et qui a fait ses classes chez Malivoire, un des meilleurs producteurs ontarien. On en trouve beaucoup en Virginie, des ces jeunes formés en Ontario. Et puis, il est conseillé par le «winemaker» bordelais célèbre, Stéphane Derenoncourt.

Mais le plus important, les vins. Que disent-t-ils ?

On y cultive des variétés bordelaises. Un rosé fait de merlot, cabernet franc et malbec, vif, nerveux, croquant, très agréable !

Quant aux rouges, mon favori de la gamme a déjà passé un petit moment sur les tablettes de la SAQ. Le Topiary 2007, assemblage de cabernet franc et merlot à parts égales. Un nez de prunes cuites, de pouding aux bleuets, de cassnonade. La bouche est au contraire toute en fraîcheur et marquée par une pointe d’acidité en finale. Un brin de poivrons, de prunes, d’épices.

Le Boxwood 2007 lui, dominé par le cabernet et le merlot, avec une trace de petit verdot, est plus musclé, plus charmeur.

La maison a récemment présenté ces deux derniers vins ainsi qu’un d’entrée de gamme, dans leur mouture 2010, à la SAQ. Tous des produits sans reproche, si ce n’est la légère verdeur de leur jeunesse. À suivre, mais à visiter en attendant si vous passez dans le coin.

Barboursville Vineyards, Barboursville

Plus ancien domaine commercial de Virginie, Barboursville a été fondé en 1976 par la grande famille viticole italienne Zonin.

J’ai été séduit par le viognier de la maison, peut-être surtout parce que c’est un des seuls endroits où l’on a pu tester de «vieux vins». Enfin, un 2002 ! Mais tout de même, ce vin de 10 ans avait toujours du coffre. Légèrement oxydé, minéral, présentant encore une belle acidité, un côté biscuit petit beurre et de caramel brûlé. Un nez et des saveurs de champagne. Sans les bulles ! Intéressant !

Le 2010, très charnu et aromatique, floral, légèrement salin, se fait aussi prometteur.

Le Viognier 2002 de Barboursville. Quelle couleur et quelle complexité!

Deux cabernet franc impeccables, mais très différents selon les millésimes. Fruits noirs, tabac, délicatesse et élégance pour 2005. Poivron rouge, un côté épicé presque piquant, tension pour 2009. Du très beau boulot !

Blenheim vineyards, Charlottesville

Je vous parlais de Donal Trump plus haut. Parmi les célébrités, en voici une bien plus sympa qui produit des vins qui le sont tout autant. Dave Matthews (Dave Matthews Band) et son domaine Blenheim.

On ne s’éparpille pas ici. On ne produit que quelques cépages, mais on en tire des vins impeccables, faciles d’approche et tout en fraîcheur. À prix d’ami.

Un chardonnay 2011 tout en fraîcheur, aux parfums de pêches blanches, à la bouche saline, de fruits blancs acidulés, sans la lourdeur caractéristique de bien des chardonnays du Nouveau-monde. Et pour 15$ !

Un original rosé de cabernet sauvignon, merlot et mourvèdre fruité, délicatement tannique, équilibré, mais sans sucrosité ni côté bonbon.

Puis un cabernet sauvignon 2010, habituellement pas mon cépage chouchou lorsque seul, épicé, fringuant, aux notes de prunes, de marc de café, tout en fraîcheur, savoureux !

Rappahanock Cellars, Huntly

Il fallait le faire, pour le gaspésien que je suis. Aller en Virginie rencontrer des vignerons, et tomber sur un jeune «winemaker» gaspésien (en partie) aux commandes d’un domaine là-bas. Theo Smith produit chez Rappahannock Cellars des vins très réussis. À commencer par le viognier 2011 très floral, à la bouche parfaitement équilibrée entre gras, acidité, fruit et minéralité. Puis le Meritage 2009, c’est-à-dire un assemblage bordelais de petit verdot, malbec, cabernets sauvignon et francs ainsi que de merlot, est plus que réussi, de facture plus bordelaise que Nouveau-monde. Son cabernet franc reserve 2010 est puissant, et présente des notes de fruits noirs murs, d’épices et de tabac. Les tannins sont bien fermes. Pour les amateurs de rouges musclés!

Theo Smith et les vins de Rappahannock Cellars.

Zephaniah, Leesburg

Mention honorable pour ce petit domaine qui est le premier, après en avoir passé des tonnes en revue, à m’avoir fait aimer le cépage hybride chambourcin, très répandu en Virginie. Seul dans la bouteille, sans l’apport bénéfique d’autres cépages, je l’ai souvent trouvé sans structure, d’un fruité lourdaud, plus près du jus en poudre que du vin. Mais pas le Barrel Reserve 2010 de cette maison. Du bleuet et de la prune, des épices, un petit côté olives noires, belle fraîcheur, et une délicate présence tannique. Plus complexe et charmeur que tous les autres, de très loin !

«C’est un cépage tellement facile à cultiver que plusieurs l’oublient là tout l’été et n’y touchent pas. Ce qui donne beaucoup de raisins, sans concentration ni qualité. Il faut comme les meilleurs cépages en contrôler le rendement par des vendanges vertes et le surveiller de près», m’a expliqué le producteur, Bill Hatch. Un discours trop souvent laissé de côté en des régions qui débutent dans le vin et qui veulent rapidement rentabiliser leur investissement en vendant des tonnes de bouteilles.

Chapeau, et à essayer sans faute !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :