Flux RSS

Cabernets du monde, une seule et même personnalité?

Pour sa dégustation hebdomadaire, la Bande des vins vous propose cette semaine quatre vins composés de cépages que l’on retrouve traditionnellement en France, mais tous produits dans d’autres pays dits, sauf un, du Nouveau-monde.

En blanc, un chenin, et trois rouges ayant tous comme dénominateur commun d’être concoctés exclusivement ou majoritairement de cabernet sauvignon.

Plusieurs amateurs de vin, moi le premier, décrient souvent les vins issus de ces cépages vinifiés à la sauce internationale, sans âme, un peu partout dans le monde.

Voyons voir si ceux-ci tombent dans cette catégorie ou s’ils réussissent à présenter une personnalité qui leur est propre.

Un sud africain un bon, mais sans subtilité

Valérie se souvient d’être tombée sous le charme de M. Forrester, icône de la viticulture sud-africaine, lors d’un récent salon de vins à Montréal. Voyons si son chenin réserve 2010 est aussi charmeur.

D’abord, au nez, il présente des arômes de beurre, de vanille, et de noix, remarque Valérie. De fleurs et de miel, que je rajoute. Et un petit côté fumé, note Johanne.

La bouche est tout aussi exubérante. Pêche, poire, mangue, vanille sont les principales saveurs décelées par la bande. Jean-Philippe aime beaucoup. «C’est relevé, il y a beaucoup de fruits», note-t-il. Un bon vin, bien fait, mais qui manque tout de même de finesse et de subtilité, selon la majorité. Pour répondra à la question initiale donc, ce chenin, cépage que l’on retrouve généralement dans la Loire, ne se contente pas d’être charmeur comme Ken Forrester, il va plus loin et tombe carrément dans le racoleur. Mais les amateurs de vins du Nouveau-monde très fruités et boisés adoreront. À boire en apéro ou sur des plats exotiques relevés, comme la cuisine thaïlandaise ou indienne.

Ken Forrester, Reserve Chenin blanc, Stellenbosch 2010, Afrique du Sud, Code SAQ : 11093126, 18,90 $

Cépage : chenin blanc

Note : 7/10

Le Bonheur donne-t-il aussi du plaisir?

Restons au pays de Mandela avec un vin dont le nom lui impose de procurer beaucoup de plaisir à celui qui le boira. Surtout à ce prix!

Au nez, le cabernet sauvignon Le Bonheur affiche des notes de poivron rouge mariné, de cassis.

La bouche est puissante, mais étonnamment, sans être lourde. On y goute un discret fruit noir, mais surtout des épices et du poivre, note Marilou, ce qui apporte un brin de fraîcheur de bon aloi à ce vin, auquel nous reprochons un léger manque de fruits. Néanmoins, un bon cabernet du Nouveau-monde, qui n’a de racoleur que son nom. Sans être délicat, il revendique sa personnalité. Il sera à l’aise avec un bon steak bien poivré, sur le grill. Il est toutefois un peu cher.

Le Bonheur, cabernet sauvignon, simonsberg-stellenbosch 2008, Afrique du Sud, Code SAQ : 00710731, 26,20$

Cépage: cabernet sauvignon

Note, 7,5/10

 

Un Australien qui ne fait pas dans la dentelle

La maison Taltarni clame produire des vins «à la française» dans la région des Pyrénées austaliennes, dans la province de Victoria.

Ce cabernet s’annonce dès le nez comme un colosse qui sans une bonne pièce de viande bien relevée sera difficile à boire. Valérie y détecte des fruits noirs, prune confite, et des herbes fraîches. J’ajoute le cacao, du menthol, et un indéniable côté toasté.

La bouche est massive, un peu lourdaude, les tanins sont fermes. On y trouve du fruit noir bien confit, et de la vanille.

Après la dégustation, nous l’avons revisité sur une bonne bavette marinée bien saignante, et il s’est soudainement montré plus aimable, ce qui a permis de réévaluer sa note légèrement à la hausse. Loin d’être mauvais, mais pour amateur de cabernets musclés avertis. Il en reste peu en succursales de notre monopole d’État, mais quelques bouteilles sont aussi disponibles en ligne.

Taltarni, Cabernet-Sauvignon, Victoria 2007, Australie, Code SAQ : 10273977, 25,70$

Cépage: cabernet sauvignon

Note: 7,5/10

Le Nouveau-monde en Italie

Quand on lit l’encépagement des domaines de l’appellation Bolgheri, en Toscane, on a presque l’impression d’être en plein Nouveau-monde au cœur du pays du pourtant si distinctif sangiovese. Il faut dire que la culture du vin dans cette région ne remonte qu’aux années 1960 et qu’elle n’avait alors aucune tradition viticole. Et c’est un passionné de vins de Bordeaux qui s’est fait le précurseur dans le coin. Ce qui explique les cépages qui sont encore et toujours plantés dans la région!

La Tenuta Guado al Tasso fait partie de la grande famille Antinori, une des plus importantes et anciennes familles du vin en Italie.

Ce Bolgheri affiche au nez d’agréables parfums de figues, d’olives noires, de réglisse, et un drôle de petit côté métallique qu’on retrouve dans certains vins.

La bouche rappelle le poivron rouge grillé, il y a de fruit noir acidulé, un petit côté café, et la finale, longue, est marquée par une très agréable fraîcheur. Un vin très agréable, complexe, remarquablement équilibré. Chapeau!

À boire sur des viandes rouges grillées ou des pâtes à la saucisse italienne.

Tenuta Guado al Tasso, Il Bruciato, Bolgheri 2008, Italie, Code SAQ : 11347018, 27,75 $

Cépages: cabernet sauvignon (50%), merlot (30%), syrah (20%)

Note: 8/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :