Flux RSS

Les Chefs, qu’est-ce qu’on boit?

Je dois avouer, contrairement à la première saison, avoir suivi avec avidité les péripéties de Laurence, Guillaume, Mathieu, Luca, Émilie et compagnie à l’émission Les Chefs. C’est en fait, je crois, la seule émission de télé que j’aie écouté depuis six mois, hormis les téléjournaux et dessins animés du samedi matin avec les enfants!

Mais à chaque émission, malgré les savoureuses performances des aspirants, un petit détail me chicotait…

On boit quoi, avec ça? Que je me demandais à chaque fin d’émission lors du dévoilement de la recette gagnante, affichée sur le site Web de la société d’État.

Après l’imposant défi que représentait la création en un temps record de plats complexes à base d’ingrédients dévoilés à la dernière minute, et un duel des plus stressants, les futur chefs se détendaient avec en main un petit verre de bière Rickard’s. Ce qui était pleinement mérité, et ce même si j’aurais préféré voir une bière de microbrasserie québécoise être mise de l’avant, comme l’étaient les produits vedettes de chaque émission. Mais bon, j’imagine que la brasserie de l’ouest canadien payait coquettement ce placement de produit.

Mais boit-on une Rickard’s avec les raviolis à l’oignon doux, pétoncles poêlés, émulsion de persil et salsa verde cuisinés par Guillaume dans un des épisodes?

Alors voilà, je me suis livré à ce petit exercice amusant qui consiste à vous suggérer des vins pour la plupart abordables et faciles à trouver pour accompagner quelques recettes préparées au cours de la saison par les aspirants!

Et avant d’y passer, je lance cette idée à l’équipe de production, pour une éventuelle troisième saison, que d’embaucher un ou des sommeliers et chroniqueurs vins en rotation, pour suggérer des accords mets-vins pour accompagner les recettes gagnantes de chaque émission.

Et n’y voyez pas une tentative de ma part d’ainsi me dégotter un boulot, j’espère qu’on se retournerait vers bien plus chevronné que moi pour accomplir cette besogne!

Ceviche de pétoncles géants, salade de cornichon mariné, wasabi 

Un plat débordant de fraîcheur, pas seulement parce que le pétoncle y est cru, mais aussi par ses accompagnements de melon, de radis et sa sauce aux notes de coriandre, menthe et basilic. Ce qui m’inspire un vin lui aussi de facture très estivale, frais et vif. J’ai en tête un blanc de Sicile, Anthilia, de la maison Donnafugata. Composé des cépages catarratto et ansonica, il est d’une superbe fraîcheur, minéral, aux accents citronnés et mentholés. Il s’entendra bien, je crois, avec le cevice de Laurence! Aussi, des bulles bien vives, comme le Prosecco de Bisol ou le Champagne brut nature zéro dosage de Drappier, seraient délicieuses avec ce plat festif!

Anthilia, Donnafugata, Sicilia i.g.t 2010, Code SAQ : 10542137, 16,95 $ 

Maquereau au jambon fumé, jardin sur son boudin 

À mon avis l’accord le plus difficile à concevoir parmi les recettes primées dans cette compétition. Du maquereau (du blanc?), de la purée de boudin (rouge alors!) le tout généreusement accompagné de sirop d’érable et de fèves au lard… Ouf! La maquereau est un poisson à la chair gouteuse et ferme, qui tiendra tête sans difficulté à un vin rouge pas trop puissant. Et pour moi le boudin appelle un rouge délicat. Je propose donc un rouge peu tannique aux accents épicés et poivrés qui fera l’impression de vous nettoyer le gosier saturé de sucre et de gras! Je pense à un cabernet franc de la Loire. Je pense aux Saumur-Champigny de Thierry Germain du domaine des Roches neuves . Sa cuvée d’entrée de gamme sur 2009, avec ses notes de petits fruits noirs un brin acidulés, de poivron, de poivre, de cardamome, une belle mâche et un petit côté salin se mariera bien à mon avis à ce menu de «cabane à sucre estivale» réalisé, encore une fois, par Laurence.

Thierry Germain, Saumur-Champigny 2009, Code SAQ : 10514312, 18,40 $

Raviolis à l’oignon doux, pétoncles poêlés, émulsion de persil et salsa verde  

Ce plat qui a valu sa première victoire à Guillaume m’inspire un blanc, évidemment. Des pâtes aux oeufs farcies d’oignons doux, des pétoncles, une émulsion aux herbes… Ne pas oublier l’ail, avec lequel tous les vins ne s’entendent pas très bien. Un blanc assez riche, avec malgré tout une belle tension et une pointe d’acidité. Mon inspiration me mène vers le Rhône septentrional et les cépage marsanne et roussanne. Vers un vin qui n’est pas donné mais qui, je le crois, serait fabuleux avec les pâtes de Guillaume. Rendons-nous à Saint-Joseph, sur la rive droite du Rhône en Ardèche, chez Pierre Gaillard. Fait à 100 % de roussanne, il sera riche, d’une matière bien grasse et un brin beurrée, aux saveurs d’abricots, et d’une intense minéralité émanant du sol granitique où pousse la vigne. À plus petit budget, j’opterais pour le Costière de Nimes Mas des Bressades à 15,15$. Je crois que des blancs du Jura, issus du cépage savagnin, seraient aussi intéressants sur ce plat.

Pierre Gaillard Saint-Joseph 2009, Code SAQ : 11219606, 33,75 $

Suprême d’oie et boulettes de viande avec sauce à la chicoutai, purée de panais au thé du Labrador, têtes de violon à l’ail des bois 

Guillaume a remporté une épreuve où l’on a fait travailler les aspirants avec des saveurs, celles de la cuisine amérindienne, qui leur étaient peu familières. Allons donc aussi vers une région qui nous est peu familière, soit celle de Limari, dans le nord du Chili avec la syrah reserva de Tabali. Une syrah revendiquant sa propre personnalité et non celle, typique, des syrah (ou shiraz) du nouveau monde. De la violette, du beau fruit noir bien mur, bleuet entre autres, du poivre et du thym, un petit côté cacao. Les tanins sont soyeux, le vin, complexe et élégant. Il accompagnera bien l’oie, une viande gouteuse et à la fois délicate, et ira rejoindre les arômes d’herbes et de petits fruits de l’oie de Guillaume.

Tabali, syrah Reserva, valle de Limari 2009, Code SAQ : 10960072, 18,45 $

Boudin, sauce foie gras, poêlée de champignons et salade fraîcheur

Laurence semble aimer travailler avec le boudin. Ça tombe bien, j’adore. Et le foie gras aussi. On a donc ici un plat très délicat qu’il ne faudra pas écraser avec un vin trop puissant. Boudin, foie gras, champignons sauvages… Sans l’ombre d’un doute, je m’en vais, de façon très classique, en Bourgogne. Et si on se paie un foie gras, on voudra probablement aller vers un vin conséquent. Je suggère le Santenay vieilles vignes 2009 de Nicolas Potel. Pour un prix tout à fait correct, vous avez là un vin très élégant, aux notes de fruits rouges, d’épices et de sous-bois, aux tanins très souples, issu d’un superbe millésime, dont la pointe d’acidité toujours présente sera du plus bel effet compte tenu de la texture grasse du plat.

Nicolas Potel, Santenay vieilles vignes 2009, Code SAQ : 00725564, 27,30 $

Homard et pétoncle à la citronnelle, quinoa et légumes aux saveurs d’Asie

Ma première idée pour accompagner ce plat sucré-salé d’Émilie aurait été de vous surprendre avec un vin canadien, soit le Gewurztraminer du domaine Tawse, dans la péninsule du Niagara, qui allie à merveille fraîcheur et subtiles notes de fruits exotiques un brin sucrées. Malheureusement, il n’y en a plus en SAQ, mais surveillez-le, c’est un délice, abordable, et bio! Mon second choix s’inscrit dans la même optique. Allons chez Marcel Deiss, avec son Alsace 2009, un étourdissant assemblage de riesling, muscat, pinots gris et blanc, gewurztraminer, auxerrois, sylvaner, chardonnay, chasselas, et d’autres… Un vin demi-sec au nez floral et aux saveurs de fruits tropicaux, d’épices et même de fines herbes, très légèrement sucré. Un bon choix pour accompagner les cuisines sucrées et salées comme on en trouve souvent en gastronomie thaïlandaise, indienne ou indonésienne. Dans son plat, Émilie a utilisé du gingembre, du jus d’orange, de la citronnelle, du cari… Je crois que cet Alsace s’en fera un fabuleux complice!

Domaine Marcel Deiss, Alsace 2009, Code SAQ : 10516490, 21,90$

Voilà pour tout de suite! Si vous avez des questions, commentaires, et autres idées d’accords pour ces plats, n’hésitez pas à les partager!

Publicités

Une réponse "

  1. pleinement d’accord avec toi, quoi boire avec ses délices? ce serait très intéressant de compléter l’émission avec une chronique de vin 😀

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :